retour sur la saintelyon

Publié le par yo

le we du 2/12 avait lieu la 54ème édition de la Saintélyon, course nocturne de 69km et 1300D+ reliant saint étienne à Lyon.. historiquement il s'agissait d'une randonnée sur 2jours, qui s'est progressivement transformée en course nocturne d'environs 5 heures pour les meilleurs..la diligence mettait 8h au siècle dernier. Les vainqueurs 2007 sont Cathy Dubois et Franck Proietto, qui termine en 5h00!  

Belle ambiance sur cette évement régional qui rassemble 8000 coureurs cette année, dont 4000 "solos". L'attente au parc des expositions fut l'occasion de revoir Arnaud, rencontré sur le raid ESC chambéry cette année  et de faire quelques emplettes au stand raidlight. Côté météo, la course profitait d'une fenetre de ciel étoilé entre deux deux seances d'arrosage et d'une température clémente.
23h50 la plupart des coureurs trépignent dans l'enclos de départ. Un mélange d'excitation et  d'interrogation "comment vont être les jambes ce soir".
saintelyon013.jpg
00h, la chenille de 4000 solos se met en marche dans les rues stéphanoises sur "light my way" de U2.  De mon côté je démarre très prudemment  en préférant une marche rapide dans les premières montées vers st christophe en jarez (km 16, 1h47). Je le sais je ne suis pas prêt.  paradoxalement le savoir me permettra peut être d'aller au bout.  La farandole s'étend sur plusieurs kms et prendra de l'ampleur  dans les premiers sentiers étroits montants sur les hauteur de "sainté". 

5591335.jpg

Les étoiles sont là, les loupiotes des coureurs aussi. Une guirlande sinueuse et ininterrompue se met en place: c'est assez unique..  Dans ces premiers 30kms en direction de st catherine, les ravitos sont blindés (je ne m'arreterais qu'à un sur deux, amplement suffisant avec un camel back) et les difficultés restent les glissades dans la boue et la maîtrise des bonnes sensations dans les montées. les premiers relais-istes commencent à  nous rejoindre un peu avant st Catherine. Deux files se mettent en place naturellement.  St catherine (km 30, 3h14),  Les jambes sont encore bien même si les douleurs musculaires commencent à poindre dans les cuisses.

La course résonne aux seuls bruits des pas. l'éclairage directionnel  de la frontale commence à être pénible. Après st catherine, une série de montées-descentes à flanc de coteau commence. le parcours est sympa. Je pense à Marc qui doit commencer son relai sur cette partie. C'est son terrain. Une longue descente s'engage sur st genoux (km35) puis après une remontée, sur soucieu en Jarrest (km44). La guirlande se dilue mais on trouve toujours rapidement un groupe de quelques coureurs.Les douleurs dans les cuisses s'amplifient sur ces deux derniers tronçons.  Je commencent à avoir du mal à courir et engage quelques séries d'étirements tous les 3-4 km).  Les permieres lumières lyonnaises apparaissent.

Soucieu en Jarrest(km44, 5h23),   Je commence à cogiter. il reste 24 km et courir devient délicat. Je joue la carte moral en engloutissant quelques tranches de saucisson (c'est mal..je sais) et quelques tucs. Quelques mots avec Arnaud qui attend sa relayeuse pour partir.  Je repars. Les kms deviennent très difficiles.  La douleur n'est qu'une information..certes. Arnaud me double et m'encourage.  

Chaponost (km52, 6h et des brouettes). Les douleurs aux cuisses m'empechent de courrir. Je n'ai plus la motivation de marcher 3h pour terminer. L'aventure se finit dans un café avec un compagnon d'infortune, touché lui par une gastro. 
 
Le jour se lève, la guirlande s'éteint.  redescente en voiture sur Lyon.  nous appercevons les coureurs sur le pont et les  quais.  respect. Je récupère mes affaires et file me coucher en évitant soigneusement d'aller voir la ligne d'arrivée. Je la verrai l'année prochaine.  Arnaud a bien terminé son relai de même que Marc, qui finit 3eme en relais mixte. 




Publié dans raid

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article